Vous êtes actuellement : Carte scolaire  


fontsizeup fontsizedown envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Déclaration unitaire CDEN du 23 février 2012

vendredi 24 février 2012


Déclaration au CDEN du 23/02/2012 faite au nom du SNUipp-FSU, du SE-UNSA, de SUD-Education, de la JPA , de l’Union Départementale des DDEN

Ce premier trimestre 2012 est placé sous le signe d’une protestation qui ne faiblit pas contre les 5 700 suppressions de postes prévues à la rentrée prochaine.
Il ne se passe pas un jour sans qu’ici on se rassemble devant une Inspection académique, là on organise une réunion publique, là encore qu’une grève soit décidée pour contester les décisions de carte scolaire. Ce sont des milliers d’enseignants, de parents et d’élus qui continuent à se mobiliser pour l’École. Plus que jamais tout est organisé pour museler la contestation : calendrier repoussé à la veille des congés, information tronquée, pression sur les personnels.
Vous ne vous privez d’ailleurs pas, Monsieur le Directeur Académique des Services de l’Education Nationale, de faire rappeler à l’ordre les collègues qui défendent leur école ou l’école de leurs enfants.
Cependant partout c’est le même message : l’asphyxie de l’école, ça suffit !
Dans notre département, le retrait de 126 postes, auxquels s’ajoutent 4 postes d’assistants étrangers en langue, va dégrader encore les conditions d’apprentissage de nos élèves, et notamment de ceux qui sont le plus en difficulté. Ces mesures, qui s’additionnent aux précédentes suppressions de postes depuis plusieurs années sont dévastatrices pour l’école publique : notre département aura perdu 553 postes en 11 ans ! Nous avons bien compris lors de vos différentes interventions que vous étiez chargé d’appliquer aux écoles la politique d’austérité décidée aux écoles dans un contexte difficile ; pour notre part, nous défendons les écoles et les conditions de scolarisation des élèves pour la réussite de tous, même de ceux qui sont accueillis dans des secteurs défavorisés.
Ce sont aussi les méthodes que vous utilisez et le mépris de la communauté éducative que nous voulons dénoncer.
Tout d’abord les Ilcères, renommées instances de « communication » n’ont réuni qu’un nombre restreint de partenaires, n’ont pas été réunies partout et pour la plupart, au delà d’un diaporama général, propagandiste, n’ont communiqué aucun renseignement sur la situation des écoles. Les contacts que vous avez eus avec les uns et les autres ont débouché sur un simulacre de dialogue, renvoyant à chacun la responsabilité de faire des choix à votre place : postes classe, de remplaçant ou en rased…
Les groupes de travail ont permis comme chaque année aux organisations syndicales et aux parents de vous communiquer les éléments portés à leur connaissance par les collègues, les écoles, les parents et les élus. Nous avons eu l’innocence de croire que ce travail pourrait être fructueux. L’honnêteté des collègues en mission de direction d’école, voire celle des élus a systématiquement été remise en cause.
Notre surprise a été grande de vous entendre dire en CTSD que vous n’aviez même pas regardé les listes d’élèves qui vous avaient été adressées ! Nous sommes scandalisés et nous nous interrogeons sur la légitimité que vous accordez à nos interventions.
Nous nous interrogeons d’autant plus que vos arbitrages sont très contestables et que les valeurs d’équité et de transparence que nous portons s’en trouvent mises à mal. Il est difficile d’expliquer aux collègues, aux parents, aux élus que les seuils ont été remis en place mais qu’ils ne sont pas respectés, que des écoles classées RRS auront 23 élèves par classe pendant qu’une école de Mt St Aignan n’en aura que 20,7. Les seuils ne sont pas pour nous un bon outil de gestion de la carte scolaire même si vous affirmez que les élus ne comprennent pas les comparaisons des écoles entre elles. Cette méthode utilisée par vos prédécesseurs permettait de prendre en compte la spécificité des écoles.
Notre inquiétude est grande à l’heure où débute ce CDEN quant aux possibilités de modification des mesures annoncées puisque vous nous avez dit mardi que le CDEN n’était qu’une instance d’information et non de concertation ! Les parents, les élus et les partenaires qui se sont déplacés des 4 coins du département apprécieront ! Nous espérons que ce CDEN démentira vos propos de mardi.
La rentrée 2012 ne sera pas une rentrée comme les autres, ce sera la pire rentrée que l’on ait connue si les propositions du CTSD n’évoluent pas.
La pire, car elles ciblent les aides aux élèves les plus en difficulté. Alors que la réussite des élèves est placée au cœur de toutes les circulaires, vos choix, la politique du gouvernement, vont à contre sens de vos prérogatives. Vous fragilisez tous les dispositifs, RASED, remplacement, scolarisation précoce, éducation prioritaire… une génération risque d’être ainsi sacrifiée car les plus vulnérables ne seront plus aidés dans le seul lieu d’aide possible pour eux qu’est leur école.
Depuis plusieurs années, nous rendons un nombre conséquent de postes, nous le regrettons et le combattons avec la plus grande fermeté. La politique budgétaire menée au niveau national dégrade la qualité du Service Public d’Education dans notre département déjà sinistré économiquement. Le refus de prendre en compte les difficultés scolaires particulièrement criantes dans certains secteurs non classés ZEP ajoute un élément de plus au sentiment d’injustice que nous ressentons aujourd’hui.
Dans notre département nous avons eu, les années précédentes, malgré les retraits de postes, l’impression d’être entendus, respectés pour aboutir à un projet exempt d’injustices criantes au regard de l’équité sur le département.
Il vous faut donc, Monsieur le Directeur Académique des Services de l’Education Nationale, revoir votre copie.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

4 Rue Louis POTERAT 76100 ROUEN

Tel 02.35.63.85.08

Fax 02.35.63.85.16

Courriel : snu76@snuipp.fr