Vous êtes actuellement : Dossiers  / Rythmes scolaires 


fontsizeup fontsizedown envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

Rythmes scolaires et refondation : faire le point !

dimanche 9 décembre 2012

Le SNUipp-FSU poursuit son travail de débats et de transparence sur les évolutions actuellement en discussion. Il vous informe, venez nombreux aux AG, RIS, stage.
Deux informations ont été données par le ministère ces derniers jours, décryptage et commentaires…

1-De nouveaux rythmes scolaires pour la réussite des élèves : la grande déception

Le SNUipp-FSU continue de réclamer une baisse du temps de travail devant élèves ainsi que la reconnaissance du travail caché (préparation, corrections, recherches, rencontres avec les patents…). Il dénonce la précipitation imposée (les mairies doivent faire connaître leur décision de passer ou non à neuf demi-journées pour le 1er février) et la non prise en compte du corps enseignant (l’organisation sera fixée par les DASEN sur proposition du conseil d’école ou de la commune).
Si l’actuelle Aide Personnalisée évolue, le SNUipp-FSU continue d’en demander l’abandon et le rétablissement des RASED. Nos salaires doivent absolument être revalorisés. Le SNUipp a demandé que les discussions se poursuivent, l’organisation du temps élève et celle du temps enseignant allant de pair. Un nouveau tour de discussions est programmé fin décembre. Les enseignants ne doivent pas être les laisser pour compte du changement de rythme.

En tout état de cause, ces propositions n’améliorent pas concrètement les conditions de vie professionnelles et personnelles des enseignants des écoles.
Le SNUipp-FSU continuera de porter des exigences ambitieuses pour la réussite de tous.


2 LA LOI

Si le projet de loi d’orientation et de programmation affirme une priorité au primaire qui est la bienvenue et qu’il rompt avec un certains nombre de préconisations datant de la loi d’orientation de 2005, y compris en terme de politique de recrutement de personnels, il ne revient cependant pas sur tous les aspects négatifs des dispositifs mis en place les années précédentes. Et l’application de la loi dépendra des décrets qui l’accompagneront ou pas…

Le SNUipp retrouve certaines propositions fortes qu’il a porté au cours des discussions : revitalisation de la maternelle, relance de la scolarisation des moins de trois ans, impulsion du plus de maîtres que de classes, intégration de la dimension de culture dans un socle qui reste à redéfinir entièrement, création d’un conseil supérieur des programmes afin de réviser des contenus d’enseignement exigeants mais faisables, cycles redéfinis, rôle des directeurs et importance des équipes, abandon de l’école du socle.

Pour autant des points négatifs persistent :
- Les RASED ne sont cités qu’une fois afin d’évoquer l’évolution de leurs missions. Pour le SNUipp, il s’agit de renforcer leur rôle et leurs missions au sein des écoles
- La formation continue reste en dehors du temps de service des enseignants. Pour le SNUIPP, sa réhabilitation sur le temps devant élèves est attendue.

D’autres points appellent à la vigilance :
- révision possible dans les années à venir du calendrier annuel et du nombre de semaines, p
- partage des responsabilités lors de l’élaboration du projet éducatif territorial" et celui d’un nouveau conseil "écoles-collège". Alors que le contenu de la loi de décentralisation n’est pas connue, le SNUipp réaffirme que l’Education Nationale doit bien rester le maître d’œuvre pour ce qui concerne le fonctionnement de l’école.

Des chantiers d’importance sont encore à travailler notamment au moment de la publication des décrets et circulaires qui donneront tout son sens à la loi :
- redéfinition des éléments du socle commun,
- organisation et fonctionnement du Conseil national d’évaluation du système éducatif,
- nombre et durée des cycles, composition et les modalités de fonctionnement du conseil « école-collège ».

Pour le SNUIPP, l’heure est donc toujours à l’exigence. Le SNUipp-FSU maintient sa vigilance et interviendra en conséquence, au fur et à mesure des publications. Il s’assurera d’être associé aux discussions afin de faire prendre en compte les revendications et orientations qu’il porte sur les différents sujets à venir.

Et si les écoles d’Education prioritaire vont être ciblées par des moyens, qu’en est-il pour les autres ? L’augmentation du nombre de postes risque d’être insuffisant pour améliorer de façon conséquente les conditions d’exercice du métier pour tous nos collègues et les conditions de scolarisation pour tous nos élèves. Le P/E sera-t-il sensiblement amélioré dans nos écoles ? Les remplacements seront-ils effectués ? La formation continue sur le temps de travail sera-t-elle réhabilitée ?

Pour le SNUipp-FSU, pour que l’école change vraiment, les conditions de l’exercice de notre métier doivent être revues, le temps d’enseignement doit être ramené à 23 heures.
Les 108h doivent être consacrées au travail en équipe, à la formation et à la concertation.
Les enseignants ne peuvent pas être les perdants de cette réforme.
Les discussions en cours doivent se poursuivre. Le SNuipp-FSU 76 envisagera, avec la profession, toutes les formes d’actions pour faire entendre ces revendications (rassemblements, manifestations, grèves…).

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

4 Rue Louis POTERAT 76100 ROUEN

Tel 02.35.63.85.08

Fax 02.35.63.85.16

Courriel : snu76@snuipp.fr