Vous êtes actuellement : AVS(AESH/CAE/CUI) 


fontsizeup fontsizedown envoyer l'article par mail envoyer par mail suivre la vie du site syndiquer le forum

AESH : le métier que nous voulons Audience FSU au rectorat

jeudi 15 novembre 2018

Fin septembre, le SNUipp-FSU a été reçu par la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, puis par la conseillère du ministre de l’Éducation nationale. Ces deux rendez-vous ont été l’occasion de porter l’ensemble des revendications et de déposer la synthèse nationale des livrets revendicatifs écrits avec les AESH lors des rencontres qui ont eu lieu dans de nombreux départements.

Si pour les ministères, la volonté générale est bien de « dé-précariser » les AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap), selon la terminologie utilisée, aucune réponse n’a pourtant été apportée sur la création d’un métier spécifique pour un métier clairement défini et encore moins sur la possibilité d’une revalorisation salariale. Pourtant tout le monde semble avoir conscience qu’il est urgent de "professionnaliser" le métier d’AESH afin de pouvoir essayer de l’inscrire dans la durée.

Quelques leviers
Sur certains points, des leviers d’action ont été proposés comme un rappel à la loi aux services de gestion des contractuels. Les pistes évoquées par le SNUipp-FSU pour l’amélioration des conditions de travail semblent faire écho. Une réflexion est entamée sur l’extension des missions aux moments hors temps scolaire afin de garantir des temps complets. Cela impliquerait cependant une multiplication des employeurs (collectivités locales, associations sportives, associations de parents d’élèves…)

Vers des pôles inclusifs
Un point d’information a également été apporté sur les pôles inclusifs d’accompagnement localisé (PIAL) qui ont été expérimentés dans deux départements et qui devraient se généraliser à l’ensemble du territoire. L’objectif affiché porte sur l’amélioration de l’accompagnement des élèves en situation de handicap dans un projet collectif.

Enfin, un chantier de rénovation du métier d’accompagnant va s’ouvrir à l’automne. Le SNUipp-FSU y prendra, bien entendu, toute sa place, nourri de toutes les rencontres qu’il a pu initier avec les AESH. Il est urgent d’avancer vers « le métier que nous voulons ».

Dans le 76, la FSU a été reçue en audience JEUDI 8 NOVEMBRE au rectorat pour demander un état des lieux de la situation actuelle (recrutements/ notifications) et faire remonter les difficultés du terrain.

Compte-rendu :
Une délégation de la FSU (SNUipp-FSU et SNES) a été reçue au rectorat. Nous avons fait part des difficultés trop nombreuses rencontrées par les collègues AESH, les enseignants en charge d’élèves en inclusion avec notification mais sans AVS, les familles en manque d’interlocuteurs et leurs enfants qui sont les premières victimes de ces manquements multiples.
L’administration ne pouvant nier les faits convient que cette situation n’est pas acceptable et que le recteur suit ce dossier « heure par heure ». Heureusement ! On n’ose imaginer la situation si elle n’ était pas une préoccupation prioritaire.
Le taux d’inclusion des élèves avec notification dans l’académie est de 92.69% pour le 76 et de 90,88% pour le 27 , il y a donc à ce jour 290 notifications non pourvues et autant de situations de souffrance potentielle.
La situation a été compliquée par le passage des CUI en PEC. Le recrutement se fait sur dossier. Tous les CUI en fin de contrat ont eu une proposition de passage à un contrat AESH, seule la moitié des ces collègues a répondu favorablement. On peut s’interroger sur l’attractivité de ce nouveau métier en terme de rémunération et de condition de travail.
En ce qui concerne les nouvelles modalités de formation, le calendrier n’a pas changé. Le volume horaire est augmenté et nous faisons part d’ une demande de formation continue avec un retour d’expérience, un groupe de travail avant les vacances de février se tiendra à ce sujet .
Nous dénonçons une communication en panne avec la DAPAEC. Il est impossible de la joindre ni d’obtenir des réponses aux mails ce qui est inadmissible. Les services sont surchargés, ils croulent sous les demandes.

Des collègues ne sont toujours pas payés et ne peuvent pas accéder à leur fiche de paye. Nous exigeons que cela soit résolu. On nous répond que tous les personnels ont au moins perçu une avance de 90% de leur salaire ce que nous contestons.
Nous dénonçons le non respect du réexamen triennal des rémunérations des AESH. Les textes n’ ont pas été appliqués pendant 4 ans, c’est inadmissible ! Cette revalorisation devrait s’appliquer dès la rentrée 2019.
Les Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés remplaceront la DAPAEC. « Cela devrait permettre plus de proximité , de mieux coller à la réalité du terrain ».
Ces 2 heures d’audience nous ont confirmé à quel point les services sont désorganisés. Devant ce bilan négatif, nos interlocuteurs se sont engagés au nom du recteur à trouver des solutions.
En attendant, les personnels se trouvent toujours en souffrance face à leurs difficultés, Le SNUipp- FSU reste vigilant et poursuit son combat.

POUR ALLER PLUS LOIN, lire le 4 pages

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

4 Rue Louis POTERAT 76100 ROUEN

Tel 02.35.63.85.08

Fax 02.35.63.85.16

Courriel : snu76@snuipp.fr